Le premier jour

Il la vit, là

Au bord de la falaise,

Les cheveux blonds ondulant dans la brise

Le regard au large

Face aux embruns.


Le lendemain

Elle se tenait imperturbable

Au même endroit

Semblant défier le vent

Et tous les éléments.


Le dixième jour

Quand il la vit

Il se décida enfin

S’approcha sans bruit

Prit son courage à deux mains

Et la poussa violemment

Dans le vide.


Pendant sa chute

En l’entendant crier « Noooon »

Il comprit, qu’en fait, elle ne désirait pas se suicider.

Elle s’écrasa sur les rochers en contrebas

Alors il s’excusa platement en disant

« TOUT LE MONDE PEUT SE TROMPER ».