Vous le savez tous désormais, début juin [2013], Edward Snowden, informaticien, a révélé à deux quotidiens, le Guardian et le Washington Post, l'existence d'un programme informatique secret baptisé PRISM. Ce programme permet à la NSA et au FBI d'accéder à des données concernant des personnes vivant hors États-Unis via neuf géants de l'Internet, dont AOL, Apple, Facebook, Google, Microsoft, PalTalk, Skype, Yahoo, YouTube ect...
 
      Or, si l'intrusion dans la vie privée du président de la République a été unanimement condamnée par les hommes politiques, en revanche, l' affaire des écoutes de la NSA ou celle du piratage des données personnelles de 800 000 clients d'Orange révélé avant-hier par l'opérateur, n'ont pas eu droit à la même levée de boucliers. Moralité, la vie privée des Français, elle, n'est pas digne de respect.
      Les agents secrets, les escrocs informatique, les réseaux sociaux et les fournisseurs d'accès complices, la mafia, etc... nous cernent tous azimuts pour collecter nos informations, nos opinions, nos penchants consuméristes, nos habitudes, en d'autres termes, nos faiblesses. Pour toutes ces organisations il s'agit d'un très grand marché qui s'ouvre à eux avec des risques judiciaires pratiquement nuls, moralité, ils auraient tort de se gêner et nous sommes tous des cibles de choix. Mais si les entreprises telles que Google, Amazon, facebook ect  vivent en partie de l’exploitation de données privées, ce qui est évidemment inadmissible, malgré tout on peut se passer de leurs services et décider de ne pas les utiliser. En revanche, s'agissant de la surveillance de masse mise en place par les états, il n'y a pas d'esquive possible, ainsi elle me semble bien plus dangereuse pour la démocratie. Cette « démocratie", soi-dit en passant, qui écoute mais ne sait pas toujours entendre.

Eh! oui, chers auditeurs qui m'écoutez, on vous écoute aussi. ( Il s'agit d'u extrait du texte de ma rubrique sur la radio Studio Zef diffusée la semaine dernière)

La NSA, La DGSE, et autres services spéciaux vous écoutent et écoutent aussi Studio Zef! Et d'ailleurs j'ai bien envie de faire monter le taux d'audience de l'émission en prononçant le mot magique: "Al Qaida".

ça y est, c'est fait, Je vais regarder le médiamètre, oh! oui, ça grimpe y a 200 auditeurs en plus. Salut les barbouzes, on s'emmerde pas trop avec les écouteurs et vous les enfoirés du NSA ça vous écorche pas les oreilles d'écouter une émission culturelle, ça doit drôlement vous changer, vous préféreriez écouter RMC, c'est d'avantage dans la ligne des émissions américaines! Au fait, elle est de quelle couleur la culotte d'Angela Merkel ?

     Rendez_vous compte, on rapporte que l'Agence de sécurité nationale américaine  intercepte quotidiennement jusqu'à 200 millions de textos par jour dans le monde. Selon le Guardian, le programme spécial qui a pour nom de code « Dishfire » leur permet d'obtenir des informations sur la localisation de l'expéditeur, ainsi que sur ses contacts et ses transactions financières, entre autres. 
 
     Imaginez, vous envoyez un texto à votre épouse depuis l'épicerie: " Y a plus de spaguettis chez l'arabe du coin, je prends des tagliatelles?". Aussitôt y a 5 mecs à l'autre bout de la planète qui se demandent si c'est pas un message codé. Alors pour mettre un peu le boxon, faites comme moi. Faites des textos en ajoutant des mots suspects. Plutôt que de dire, "on fait la fête ce soir?" dites plutôt "On fait la bombe?". Là vous allez aussitôt augmenter votre auditoire. 
     La NSA procède en accédant aux données des grandes plates-formes, accès aux mails, surveillance des citoyens du monde entier, surveillance des dirigeants, des ambassades, des institutions internationales, mais aussi des grandes entreprises en pleine négociation. Pendant qu'on y est, pourquoi ne pas favoriser les entreprises américaines! Elle installe des back-doors (portes dérobées des chevaux de Troie), dans les logiciels qui siphonnent les informations, et utilise la DPI (deep packet inspection), technologie qui pénètre dans les paquets d’informations circulant sur les réseaux, les routeurs, les câbles etc.
 
     Ah, si Closer pouvait disposer du même arsenal! On en aurait des révélations!
     Alors, comment réagir, n’est-il pas trop tard déjà ? Qu’est-ce que la vie privée maintenant ?  Un futur où le citoyen perd le contrôle de son intimité n'est-ce pas là la définition de la dictature?
     Toujours est-il, que si la NSA écoutait la conversation de mes voisins, elle aurait, malgré sa bonne volonté, énormément de mal à y dénicher le moindre propos subversif. La subversion est un luxe bien au dessus de leurs moyens. Alors un de ces quatre, je mettrai leur nom dans un mail frondeur, séditieux, anti-libéral. La NSA les mettra sur écoute et là, toute une troupe d'agents de renseignements devront faire marcher leurs machines à décrypter qui risquent de rendre l'âme devant l'incommensurable non-interêt d'échanges épicés de quelques verbes intraduisibles, si ce n'est dans d'improbables dictionnaires Solognot-anglais. ça devrait les occuper un moment. Quand ils entendront ma voisine fulminer contre les étrangers par qui tous les malheurs arrivent, les américains indélicats trouveront dans ces propos un point de convergence idéologique inattendu. Ils la recruteront peut-être, qui sait!  Après avoir associé l’adjectif « idéologique » à ma voisine, je me dois de terminer là une rubrique qui semble avoir atteint, dans l’imagination, son paroxysme.
 
Au fait, quelqu'un n'aurait pas vu mes clefs de voiture? ça m'ennuierait de devoir téléphoner au NSA pour qu'ils me disent où elles sont.