Avant-hier, au volant de mon véhicule, je roulais à vitesse raisonnable et je me me fais arrêter par la police. Après le salut réglementaire le policier me demande mes papiers et me dit:«Auriez-vous l'extrême obligeance de me présenter votre gilet jaune fluorescent ?

Je lui montre le gilet en observant «Dites, vous vous exprimez drôlement bien pour un policier».«C’est à dire» me répondit-il «Que mes longues études m’ont préparé à une utilisation correcte de la langue Française, entre autres».

-«Vos longues études ! Je ne savais pas que le le poste de motard requerrait des diplômes particuliers», m’étonnai-je, «mis à part ceux qui conduisent au maniement de la moto !»

-«En principe», rétorqua-t-il avant de poursuivre «mais encore eût-il fallu que je trouvasse un travail à l’issue de mon cursus. Or, nonobstant mes diplômes et la qualité de mon parcours universitaire, l’aubaine ne s’est pas présentée.

-«Vous aviez quoi comme diplômes ?»

-«Un doctorat en science économique et une formation post doctorale à Arvard aux problèmes financiers.»

-«Et avec ça vous n’avez pas trouvé d’emploi !»

-«Que nenni» me répondit-il. «c’est d’ailleurs pour cela que j’ai opté et postulé au concours d’entrée dans la police. J’ai longuement hésité entre motard et pompier, mais il faut reconnaître que démarrer pompier en bas de l’échelle, ce n’est pas évident. D’autre part il est vrai qu’avec la crise, la pauvreté et les différentes problématiques sociétales qu’elle induit, la police devrait bénéficier de perspectives d’avenir intéressantes.»

-«Dites, ça a dû être facile, pour vous, de réussir le concours !»

-«Détrompez-vous. J’ai dû reprendre des cours du soir pendant 15 jours pour me mettre à niveau, juste à niveau et surtout pas trop au dessus, c’est très mal vu.»

-«Ah bon ! Quel genre de cours du soir?»

-«Il y en avait plusieurs, comment obéir sans discernement aux ordres, apprendre à ne pas réfléchir, comment faire abstraction de sa conscience ect ... ça ma permis d’avoir le concours, je ne voulais pas risquer d’être recalé. Et être recalé c’est la hantise des motards.»

-«Mais vous ne risquez pas de vous faire repérer en vous exprimant de la sorte.»

-«Vous avez raison, je tente avec plus ou moins de bonheur d’abandonner mon langage châtié et d’oublier les règles de grammaire mais je viens juste de commencer et il faut à tout prix que je me ressaisisse. Vous le savez, chassez le naturel et il revient à moto.»

«Au galop» repris-je.

-«Pardon! Monsieur fait des commentaires subversifs! insidieux, sarcastiques! Monsieur s’oppose aux injonctions de la police.»

-«Mais pas du tout je vous faisais simplement remarquer une erreur dans votre formulation.»

-«Récidive, insoumission, invectives...ça va vous coûter un max.»

-«Pardon Monsieur l’agent mais vous vous fourvoyez.» 

-«Ah! je vois, monsieur veut jouer au plus con avec moi. Présentez moi vos éthylotests et que ça saute. Vous allez voir de quel bois on se chauffe dans la police.» 

-«Des éthylotests, mais je n’en ai pas trouvé, il y a rupture de stock, monsieur le motard.»

-«Rien à faire c’est la loi et la loi, c’est la loi. ça va vous faire onze euros de contravention pour défaut de présentation de matériel de sécurité à bord d’un véhicule terrestre.»

-«Mais je pensais qu’il y avait une dérogation jusqu’au premier novembre, monsieur le motard.»

-«N’insistez pas»me répondit-il «sinon je fais un procès verbal pour insubordination à agent de la force publique dans l’exercice de ses fonctions».

 J’ai donc réglé l’amende en me disant, qu’après tout, onze euros ce n’était pas grand chose. Je me suis donc délesté de la modique somme en observant que si tous les économistes quittaient leur emploi pour entrer dans la police, on paierait un peu plus d’amendes, certes, mais on éviterait une autre crise financière et ça nous coûterait ,en définitive, beaucoup moins cher.