Tout ne va pas si mal puisque la Saint Valentin a recueilli cette année un succès encore plus important que les années précédentes. Ah ! la saint valentin, quelle fête merveilleuse…pour les commerçants. L’amour est une valeur sûre, d’autant que l’on s’arrange pour culpabiliser à outrance la gente masculine. Reconnaissons, que s’il suffit d’acheter un bouquet par an pour s’acquitter de l’assurance de nos bonnes dispositions amoureuses, ce n’est pas cher payé. Et si je puis me permettre un conseil, messieurs, ne dites surtout pas « chéri, c’est la fête des commerçants, je refuse de rentrer dans le moule du consumérisme décrété », car elle risque de vous répondre « D’accord, je te le rappellerai quand tu achèteras un cadeau à ta maman pour la fête des mères ».

Bref, à ce cher La Rochefoucault qui disait, entre autres conneries mielleuses, « Il y a des gens qui n’auraient jamais étaient amoureux s’ils n’avaient jamais entendu parler de l’amour », je répondrai « Il y a des gens qui n’auraient jamais étaient amoureux s’ils n’avaient jamais entendu parler de la Saint Valentin » tant les sirènes de notre monde médiatique en transporte l’écho.

Je me demande comment notre président aura fêté l’évènement avec sa dulcinée. Il a dû être très très généreux pour la remercier de ses déclarations récentes sur ses états d’âme politiques. Carlita, rappelons le, ayant déclaré récemment « Je ne me sens plus de gauche ». Elle rejoint ainsi sa grande famille italienne fortunée, qui n’a jamais été à gauche mais dont les fréquentations et les divagations aristocratiques dans certains salons et autres cabinets lambrissés permettent, sinon d’être à gauche, du moins d’en mettre à gauche.