Dimanche dernier Arnaud Montebourg a procédé à une attaque en règle contre TF1, la télé de droite dont la programmation est centrée, selon lui, sur la violence et sur l'argent. La chaîne s’en est immédiatement offusquée. Et pourtant il suffit de prendre un magazine télé pour avoir une idée du niveau des émissions qu’elle propose et qui conduisent assurément à l’abrutissement et à l’anesthésie collective, fléaux majeurs qui guettent la perte totale de conscience d’une grande partie de la population. 

Pour le prouver j’ai feuilleté le magazine télé et voilà le programme proposé par TF1 cette semaine!

Samedi soir : New York section criminelle 3 épisodes

Dimanche soir : les experts 2 épisodes

Lundi soir : New york unité spéciale 2 épisodes

Mardi soir : Appel d’urgence: « flics sous pression contre jeunes délinquants prêts à tout.

px 0.0px 0.0px; text-indent: 35.4px; font: 14.0px Times New Roman;"> Mercredi soir : Mentalist 3 épisodes suivi de Fringe 2

Jeudi soir : Master chef (peut être la plus violente)

Vendredi soir : Kho Lantha suivi de secret Story

Tant de médiocrité laisse pantois ! 

En tout cas, si les sérial killer n’existaient pas, je me demande comment ferait TF1 pour boucler ses programmes, et ce n’est pas avec le journal de 13 h de Jean Pierre Pernod (celui qui nous met les boules même après l’heure de l’apéro) et son traitement très particulier de l’actualité suivi par les feux de l’amour, que la chaîne rehausse un peu le niveau culturel du paysage audio visuel Français. Bref, TF1 est la chaîne qui leurre en série.

tyle="white-space: pre;"> Le présentateur du « 13 heures », avec toute la flagornerie qui le caractérise quand il s’agit de vanter les mérites du président et de véhiculer les idées de droite, a dû s’extasier devant la génuflexion de son idole face au pape. Car le représentant de l’état Français, laïque, républicain est, dès qu’il lui est possible, toujours prêt à aller se prosterner sans se faire prier. Il s’est donc rendu à Rome pour papoter et se faire pardonner l’affaire des roms et convaincre sa sainteté de sa bonne foi. Que voulez-vous, les voies du seigneur sont impénétrables mais les voix des cathos aux prochaines élections sont indispensables. On se rend compte que le droit canon, avec le recul, prend un sacré coup dans le fût et certains catholiques s’aperçoivent que Sarko aux fourneaux, c’est pas du gâteau tant il sait jouer les étouffes chrétiens… quand ils ne sont pas de chez nous. 

Car messieurs dames, les beaux principes de fraternité, de générosité et de charité chrétienne ne résistent pas à la raison d’état, ni à la raison des tas d’hypocrites qui, en l’occurrence, ont une lecture bien orthodoxe des écritures saintes. Alors, notre président s’en est allé faire l’exégèse de la bible version seizième arrondissement à celui qui fait une lecture des mêmes textes sacrés mais sans ses lunettes… surtout quand il s’agit de ne pas fustiger les prêtes ou évêques si généreusement attentionnés avec les jeunes enfants. Ainsi tout le monde s’est mis d’accord et on a vite oublié cette histoire de roms en buvant un vin de messe jusqu’à l’hallali. Eh oui, parfois le mystère sacré est un sacré mystère, tant il y en a qui ne se gênent pas pour donner des bons coups de pied au culte. Désolé, mais sur ce coup-là je n’ai pas su être plus…Spirituel.


Pendant que le président faisait sa cure de rédemption pour retrouver l’état de grâce par l’opération du saint-esprit…de famille, le judas de service, que je ne nommerai pas tant j’ai foi en votre sagacité pour le reconnaître, ce cher Eric donc, déclarait : « Si mon ministère peut être une machine à fabriquer de bon Français, je serai très heureux. ».

Au même moment on apprenait la mort de Georges Charpack. Rappelons que lorsque Georges avait 7 ans, ses parents ont traversé une partie de l’Europe pour fuir le nazisme, puis sont entrés clandestinement sur le territoire Français pour y fonder un nouveau foyer. En 1941, Charpak donnera même sa vie à son pays d’adoption en entrant dans la Résistance. Il fut arrêté puis déporté à Dachau. N’ayant croisé aucun Besson, aucun Hortefeux, il deviendra Français en 1946 et prix nobel de physique en 1992.

Nul doute que la vie de Georges Charpak cristallise ainsi tous les arguments nécessaires pour ridiculiser la xénophobie et les mesures imbéciles et opportunistes d’un Etat qui devient fou

Merci de m’avoir supporté et à la semaine prochaine

 

(c'était ma rubrique de mercredi 13/10 sur studio ZEf  91.10 )

tous les mercredi à la même heure et le jeudi à 21h20