A en croire certains médias, l'Afrique du sud devait être la terre promise pour l'équipe de France de foot. A en croire le résultat, dans les vestiaires, ce fut la paire trop mise d'Anelka envers le beau Raymond.  Décidément, les coups de boules ne nous portent pas chance!

Comme l'a dit le grand philosophe Patrice Evra  "Le problème c'est la taupe dans les vestiaires". Pour une fois ce n'était pas une taupe modèle... et tout a dérapé. 

Il faut dire qu'une certaine incompréhension s'est installée entre les dirigeants et les joueurs, je vais vous en donner l'analyse.

 

1) Le cas Ribery et les dessous ...de l'affaire:

 Ribéry, qui avait été pris la main dans le sac (et pas que la main) d'une prostituée mineure avant la coupe du monde, a été enjoint d'arrêter de faire des passes, ce qu'il s'est empressé de faire sur le terrain et comme on lui avait demandé de ne plus écouter les entraîneuses, il a cru que la consigne concernait également l'entraîneur, si bien qu'il n'a pas joué en pénétration. Quel bordel ( Comme disait Nietzsche dans "Ainsi parlait Zahia Touchmoi")

2) La marseillaise:

Les instances du foot Français n'ayant pas cru bon d'adapter notre hymne au rythme du rap, comment voulez-vous que les joueurs le chante ? Il font déjà l'effort de retirer les écouteurs pendant le match, on ne peut pas trop leur demander, faut pas exagérer. 

D'ailleurs, entre nous, sont-ils réellement concernés par ces féroces soldats qui font rien qu'à mugir dans les campagnes des autres, en Afganistan par exemple ?

Ne faut-il donc pas concéder à l'intellectuel footballeur le droit de se taire en la circonstance et même en toute circonstance d'ailleurs, tant la langue Française en souffre ? (et comme l'a dit Zahia, "la langue, c'est sacré dans le métier").

3) Les vestiaires

 A Raymond lui demandant de jouer moins derrière, Anelka a répondu "j'ai pas reculé, j'ai l'vice des buts". Raymond qui n'entend pas très bien, la preuve en conférence de presse il répond toujours de travers aux questions des journalistes, n'a pas supporté l'insulte supposée et lui a répondu "casse-toi pauvre con quand on cause comme ça on ne peut pas représenter la France" !!! Et Anelka s'est cassé avec l'ambiance.

4)La Grève de l'entraînement:

Nul n'aurait pu penser que l'équipe de France put, un instant, faire preuve de solidarité, tant cette faculté semblait absente sur le terrain. Pourtant, emmenée par un Patrice Evra qui a oublié la conscience de classe mais pas son code de l'honneur, l'équipe a refusé de s'entraîner la veille d'un match capital (surtout pour les sponsors). " Ce qui se passe dans les vestiaires ne doit pas sortir des vestiaires" disait le meneur, soudain touché par les grâces de la déontologie ( alors que Ribery essayait, lui, après ses escapades en maisons pas moins clauses que les vestiaires, d'éviter des hontes au logis)

5) Les politiques:

La ministre Roselyne qui, par ailleurs, a fait la preuve de toute sa compétence, a voulu mettre son grain de sel dans l'histoire en allant voir les joueurs pour leur donner l'envie de gagner. Elle les a exhortés à se dépenser beaucoup plus. C'est vrai qu'en matière de dépense, elle s'y connaît ! 

Ils étaient tous d'accord et l'ont exprimé à leur façon en lui affirmant "C'est nous qu'on veut gagner plus... sans courir plus" .

Les politiques dans leur ensemble, jusqu'au président, se sont offusqués; C'est scandaleux disaient les uns en fumant les cigares payés 12000 euros par le contribuable, c'est inadmissible disaient ceux à qui on avait confié des missions symboliques à 9500 euros, c'est impensable disait le premier ministre qui fustigeait les joueurs coupables de ne pas gagner et surtout de ne pas, ce faisant, masquer tous les problèmes qui allaient encore raviver la morosité des Français. Vous vous rendez compte disait le président de TF1 à son ami Nicolas premier, on a perdu ! On a perdu des millions d'euros de pub.

Et voilà en gros le résumé d'un événement qui aura, dans les médias, recueilli pendant dix jours tous les superlatifs qu'on avait pas osé utiliser pour le désastre de Draguignan et ses 25 morts.

Pendant que le président recevait personnellement Thierry Henry à l'Elysée,  des millions de personnes défilaient pour affirmer leur attachement à la retraite à 60 ans. Ils reprirent un instant espoir quand le gouvernement annonçait qu'il les avait compris et qu'on allait commencer à en mettre 23 à la retraite à moins de trente ans.

6) Et la suite...

Maintenant qu'on a perdu, il faut reconstruire l'équipe sur des bases saines et comme la taupe vient de m'appeler pour me donner quelques tuyaux sur la future équipe de France, je ne peux pas résister à vous les transmettre. Mais ça reste entre nous.

Gardien : Benjamin Danlépoches

Arrières : Roger Décrampes, Jean Banlaire, Amédée Couandousse, Edgard Téfèce

Milieux : Alain Pulsif, Théophile Osotres, Jacques Sélaire-rarment, Jérémi labalantouch

Avants : Jean-Marc Passouvan, Justin Tirsurlabar

-

Remplaçants: Anselme Lapagaille, Gérard Manjoué, David Tonsac-danlévestiaires, Geoffray Skeujveu

-

Entraîneur : Raymond Cucédupoulé

Assisté de : Raoul Saboul et de Sébastien Assaplasse

Préparateur Physique: Bruno Zieubleu ( prêté par Ribery)

Chargé de communication : Alain Terviou