Le buffet proposait aux invités gourmands

Maints toasts et canapés des plus appétissants

Les foies gras et caviars présents à profusion

Faisaient la concurrence aux succulents saumons

Mais devant l’étalage étaient agglutinés

Ceux qui, bien avant moi, y étaient arrivés

Et ces gloutons n’avaient pas envie de partir

Devant ces mets promis qu’ils pouvaient engloutir.

Je tentai de passer, mais c‘était impossible

Les rangs étaient serrés et protégeaient la cible

J’essayai par la droite me faisant tout petit

Insistai par le centre et par la gauche aussi

Mais il fallait me rendre alors à l’évidence

Plus le temps s’écoulait plus s’éloignaient mes chances !

J’avais presque abdiqué, alléché, mais penaud

Quand je vis un extra proposant un plateau

Encor’ garni d’un choix de ces petits délices

Seuls capables de mettre un terme à mon supplice.

Cependant il fallait se presser maintenant

Car le serveur était cerné de prétendants

Je me précipitai mais lorsque j’arrivai

Il ne restait plus qu’un …Seul toast rescapé !

C’est alors qu’une main ne m’appartenant pas

De ce précieux butin brusquement s’empara .

Je restai hébété, ouvrant tout grand la bouche

Assez pour avaler au passage une mouche.

Toussant, je l’expulsai et elle vint se loger ;

Au plus secret endroit d’un vaste décolleté.

La dame chatouilleuse alors se trémoussa

Quand un certain réflexe ou l’instinct me poussa

À aller galamment l’aider à l’en extraire

En plongeant une main dans le repli mammaire

Pour essayer d’ôter l’insecte indésirable

Prisonnier, malgré tout, en position enviable.

La dame, s’affolant, poussa alors un cri

Qui eut le triste effet d’alerter son mari

Qui m’envoya soudain son poing dans la figure

Je bousculai la foule et sa bordée d'injures

Puis j'allai m’affaler au milieu du buffet

Enfin, ils étaient là, à ma proximité

Ces canapés tentants, ces petits-fours crémeux

Et avant que l’époux ne revienne furieux

J’en saisis deux poignées et me remplis les poches

Juste avant de n’entendre… Plus que le son des cloches !

Et c’est sur le trottoir, quand j’ai pu émerger

Que, seul, j’ai dégusté ces petits canapés

Cependant il manquait ce qui les accompagne

J’y suis donc retourné…En quête de champagne.

………………….

Ce fut l’ultime erreur et désormais je dois

Vers diverses purées orienter mon choix