Je viens de jeter l’encre, la page n’est plus blanche,
de la plume, un sang bleu qui régulier s’épanche
trahit le géniteur, le père de mes mots.
Je ne peux décemment y mettre de garrot.

Délaissé, dans son coin, crayon fait grise  mine…
Il voit se dérober, l’insaisissable rime
Et se dit  qu’il pourrait, pour moi, la débusquer.
Mais il est si discret ! …parfois très effacé !

L’inspiration revient, entraînant mon poignet
Vers des vers, des odes, de quatrains en sonnets.
La feuille par les mots, fardée comme une fille,
se pare de pensées, que le stylo…habille.