Alors que tout va mal (la liste est trop longue pour que j’en entame l’énumération) notre couple royal est allé se faire dorer la pilule au Mexique. Question pilule, à 50000 euros le petit séjour à l’hôtel, elle est plutôt dure à avaler celle-là. L’ouvrier licencié va piquer sa « crise ». Mais notre Naboléon n’est pas seulement parti là bas pour farnienter, il en a profité pour jouer le sombre héro, et libérer une inconnue (sauf des services de police) .Chapeau !
              Et même s’il a survolé la Martinique et la Guadeloupe, lui, le fort de France, n’y a pas fait escale. Il a toujours pris ce problème de haut. Avouez que faire du tourisme au Mexique, ramener des couteaux à steak et autres babioles en souvenirs, promener sa Carlita sur les pyramides Mayas, est beaucoup plus agréable !
La seule chose qu’il n’a pas faite, c’est de profiter d’une dégustation de la Tequila nationale, mais Carla qui but pour deux, le soir se tortilla. C’est vrai que notre président ne boit jamais d’alcool, avouez que c’est suspect ! Non ! A quoi ça sert d’arborer la cravate si on ne peut pas s’en jeter un derrière !  Il ne boit, parait-il, que des mélanges d’eau et de jus de fruit (genre aqua – Pulco). En tout cas, s’il est sobre, le peuple trinque, lui !
            A l’heure qu’il est, il est en train de préparer son prochain voyage. Un quart politique, trois quart touristique.  Ne grognez pas, bande de jaloux, rien ne vous empêche d’aller distribuer des tracts à La tranche sur mer et de vous faire offrir une nuit au camping des flots bleus par la section locale de l’UMP.
C’est vrai qu’avec le retour de la France dans l’OTAN, les perspectives de voyages d’agréments vont se multiplier et si l’on peut, de surcroît, vendre les armes aux petits copains, pourquoi s’en priver. Il pourra exhiber son mannequin préféré au quatre coin de la terre même si elle est ronde, décidément on ne sait vraiment plus lequel des deux se croit sur un podium ! C’est vrai qu’à cinquante ans, si tu n’as pas épousé un top modèle, tu as raté ta vie.

Et pour une illustration en chanson, sur l’air célèbre de Luis Mariano (Mexico, Mexico)

Moi je suis une Parisiennes
Qui défilait sur les podiums
Mais je suis devenue la reine
Et j’ai bien de la veine
Avec mon p’tit bonhomme.
Je vais partout en souveraine
Je me trémousse il faut voir comme
Maint’nant je fréquente la crème
finie la vie d’bohème
D’une chanteuse aphone
On oublie tout
Pendue au bras d’un mec si con
Tout devient fou
Il m’a monté le bourrichon

Refrain
Mec si con, mec siiiiii con
Il n’a de dieu que le pognon
Alors moi j’en profite
Car le grand déficit
Ce n’est pas nos oignons

ECT ...ECT