Mis à part la coccinelle qui jouit d’une certaine affection, avez-vous remarqué, qu’en règle générale, les insectes ne sont pas très appréciés par l’être humain.

Certes des livres entiers ont été consacrés aux fourmis, et on admire le courage de ces petites bêtes, leur organisation, leur dévouement à la cause commune, mais on préfère quand même les observer de haut plutôt que de les avoir sous nos fesses.

En revanche, on parle beaucoup moins des poux, pourtant intéressants à bien des égards. Les poux et leurs femelles les pouses, ont une vie très organisée. Les poux se reproduisent en pondant, c’est une opération « lente » et pourtant beaucoup trop rapide à mon goût. Je disais donc, que pour avoir des petits, le pou pond. A la naissance, il n’est pas très beau, mais ce pou laid reste un pou sain, malgré tout.

Ce bébé pou est déjà très intelligent ( n’est pas pou qui veut), il retrouve sa route habilement, c’est fou ce que déjà le petit pou sait, à l’exception d’un spécimen d’outre-manche, le fameux pou dingue. On trouve les poux partout, sauf le ri-pou qui ne se trouve que dans la poulice. Pour ceux qui n’ont pas de pou, il n’est pas très difficile de s’en procurer, même s’il n’y a pas de marché spécialisé alors qu’il y a un marché aux puces où vous pouvez vous les acheter en quantité (les fameux seaux de puces) en les payant avec les cartes appropriées. Si, en revanche, vous désirez vous en débarrasser, pas de problème, rendez vous chez votre médecin qui vous prendra le pou.

La puce, elle, a pour enfant le puceau, qu’on appelle également le pré-puce et contrairement à la puce qui n’arrête pas de gratter, lui n’arrête pas de glander.

On retrouve les puces dans les ordinateurs et les téléphones portables, c’est dire si elles sont intelligentes et courageuses, bien plus que les blattes car on est en présence de cancres, là. Les blattes qui ne sortent que la nuit ont souvent le cafard, alors que le pou rit et que la mite raille. Il n’y a  pas plus triste que la blatte, pas plus joyeux que le pou et pas plus ennuyeux que la mite au logis. La mite est, de surcroît, colérique. Quand la mite prend la mouche, on la considère comme sodomite. Mais elle n’est pas la seule dans ce cas et la mouche en a vraiment assez de se faire asticoter par derrière.

La vache est pacifique, vous allez me dire, que fait-elle là, ce n’est pas un insecte ! Certes, mais c’est la copine des mouches qui ne se baladent jamais sans aile et je n’ai pas envie de les séparer.

Bon je dois aller me coucher, et je ne sais pas comment finir le texte dans lequel je n’aurai jamais dû m’embarquer. Vous remarquerez qu’avec ma délicatesse habituelle, je n’ai pas parlé des morpions (bien que ça me démangeait) qui sont également des petites bêtes très attachantes. Mais je ne savais pas comment les traiter, je veux dire traiter le sujet.

Bibliographie :

La vie secrète des poux                       Par le professeur  Samson shampoo

Le pou, la blatte et le morpion             Par le docteur      Outami l’bégonbleu

Les poux, comment s’en séparer          Par maître          Justin Coudebombe

Ces petites choses qui nous ennuient   Par le professeur   Elisabeth  Kigrate